Brogniezstraat 54, 1070 Anderlecht

Van maandag t/m vrijdag van 9.00 tot 17.00 uur


Les jeunes se lancent dans l’art de la réalité virtuelle

VaRt, Virtual Reality Art, ce sont des semaines de stage dans lesquels nous permettons aux jeunes d’échanger leurs expériences de la pandémie et de les insérer dans une histoire numérique composée de dessins réalisés en réalité virtuelle. Pour réaliser ce projet, nous avons reçu le soutien de VGC Youth and Welfare grâce à l’appel « Young in times of corona ».
Deux groupes de jeunes sont passés par un processus créatif, dans lequel ils créent leur propre histoire authentique. Nous avons choisi le thème « mon Bruxelles du futur ». Grâce aux histoires VaRt, nous avons créé des histoires originales et authentiques en réalité virtuelle (VR) avec le Google Tilt Brush. Créer en VR vous permet de faire l’expérience d’un espace et de possibilités illimités, ce qui est rarement vécu pendant un confinement. Le résultat final est des histoires numériques composées d’enregistrements de dessins virtuels et de voix off.

Pendant le confinement, nous étions tous dans des situations drastiquement limitées. Surtout physiquement, nous étions liés par toutes sortes de règles. Beaucoup ont trouvé refuge dans les espaces numériques en ligne, ou ont été forcés de le faire afin de faire l’expérience d’une certaine forme de connexion humaine. Ces espaces numériques ont aussi leurs limites, la « fatigue du zoom » est désormais un symptôme légitime.

Les liens authentiques nous manquent, en particulier aux jeunes, qui sont dans une phase de la vie où la communauté et les pairs sont si importants pour aider à former leur identité. La plupart de ces espaces numériques exigent l’utilisation de mots pour communiquer : discuter sur Facebook de votre journée ou assister à des cours par chat vidéo. Il est rare que les gens aient la chance de partager leurs expériences à travers un médium artistique plus symbolique, comme la peinture, la danse ou le théâtre.

Beaucoup conviendront que cette forme de communication est tout aussi importante, car la plupart d’entre nous ont déjà expérimenté le pouvoir de l’art, soit en le consommant, soit en le créant. Il y a quelque chose de profondément libérateur à abandonner une façon rationnelle de communiquer et de montrer des parties de soi-même qui ne peuvent pas être résumées en lignes droites.

Dans ces sessions de réalité virtuelle, nous créons non seulement un produit, mais nous réfléchissons également au contexte et au processus créatif luimême. Lorsque vous vous immergez dans des espaces numériques, les frontières entre les espaces, entre le physique et le numérique, entre le monde intérieur et extérieur, s’estompent.

La question est toujours de savoir quand la technologie prend en charge une communication authentique et claire et quand elle ne le fait pas.

Dans le monde numérisé d’aujourd’hui, il devient de plus en plus important de se fixer des limites claires et de trouver des moyens sains d’explorer ces limites.