Brogniezstraat 54, 1070 Anderlecht

Van maandag t/m vrijdag van 9.00 tot 17.00 uur


Fabriquer un hélicoptère ou une bouilloire, un jeu d’enfant ?

L’asbl Byline Maks a organisé 5 journées d’atelier en automne pour les étudiants du Centre for Learning and Working Brussels (CLW), un département de l’Institut Anneessens. Intelligence artificielle au centre d’apprentissage et de travail.
Les jeunes peuvent y entrer dès l’âge de 16 ans – ou dès qu’ils ont terminé deux années d’enseignement secondaire. Les élèves fréquentent l’école 2 jours par semaine. Ils suivent une journée de matières générales et, en plus, une journée de cours dans la profession de leur choix : coiffure, bois, électricité ou cuisine. À la fin de la formation, ils obtiennent un diplôme ou un certificat classique.

L’école guide les jeunes pour qu’ils travaillent trois jours par semaine. Il peut s’agir d’un travail régulier ou d’un stage. Le stage dure jusqu’à ce que le jeune trouve un emploi régulier. Il existe également d’autres voies pour les jeunes qui ne sont pas encore prêts pour un stage. Au cours de ce projet, ils travaillent sur leur attitude au travail (être poli, arriver à l’heure) et apprennent à postuler pour un emploi. CLW coopère à cette fin avec plusieurs organisations externes telles qu’Arktos et Foyer.

Nous avons rencontré Mona Mahassine, enseignante au CLW et bruxelloise.

Que pensez-vous de la collaboration avec Maks vzw ?
Je recommande les leçons de l’asbl Maks pour les écoles bruxelloises, car on ne peut pas comparer ces écoles avec celles de Flandre. Elles n’ont pas suffisamment investi dans les TIC et l’enseignement en ligne est problématique. Souvent, il n’y a pas de PC ou de tablette à la maison et la manière dont l’école doit gérer cette situation n’est pas claire. Lors de la crise du covid, j’ai compris qu’il fallait faire quelque chose, et c’est pourquoi j’ai contacté l’asbl Maks. Je pense qu’il est très important que toutes les écoles s’engagent dans cette voie.

Comment connaissez-vous Maks asbl ?
Mes propres enfants fréquentent l’école Sint Augustinus à Forest et ils ont suivi un cours de codage après l’école dispensé par Maks vzw. Mon fils était très enthousiaste et ne voulait pas manquer une seule séance. Je lui ai demandé ce qui le rendait si intéressant. Il pouvait en parler de manière très intéressante et voulait vraiment aller plus loin. Il en avait le goût. Plus on commence jeune, mieux c’est !

Quelle est la chose la plus importante que vous, les jeunes, avez retirée des sessions ?
Le plus important est sans aucun doute de susciter leur intérêt. Regardez, cela existe et c’est ce que vous pouvez approfondir et professionnaliser. Avec le contenu des ateliers de l’asbl Maks, ils ne sont pas en contact tous les jours, c’est une super opportunité. Ces ateliers dans les écoles sont possibles grâce aux subventions accordées aux projets éducatifs par le département de l’éducation de la Commission communautaire flamande.

Farhad
Farhad Samedi a 18 ans et, par le biais du CLW Brussels, il étudie le néerlandais, les matières générales du projet et une profession 3 jours par semaine. 2 jours par semaine, il fait un stage chez FIX où il apprend à travailler avec l’électricité.

Enfant, en Afghanistan, il caressait le rêve de devenir pilote. Lors de l’admission au CLW, ils ont vu sur son CV qu’il avait de l’expérience avec l’électricité. Enfant, il bricolait des bouilloires et des hélicoptères avec son frère et son cousin, et leur espace de vie était transformé en atelier. On lui a conseillé de poursuivre dans cette voie. Farhad veut maintenant devenir ingénieur, mais pour cela, il doit apprendre davantage de mathématiques. Il veut chercher un endroit où cela est possible.

Les animateurs de Maks vzw youth ont donné un atelier de codage et de narration numérique à la classe de Farhad pendant 5 jours. Les jeunes ont appris à travailler avec les nouvelles technologies. Ils ont expérimenté l’intelligence artificielle (IA) par le biais d’applications sur les téléphones portables et ont utilisé le langage avec des applications informatiques pour créer des histoires numériques sur leur vie quotidienne. Par le biais d’histoires numériques, ils racontent le présent et ce dont ils rêvent pour l’avenir.

« Je vais me souvenir de toutes les informations que nous avons reçues de l’animateur. »
FARHAD SAMEDI
Participant